IMG_3265Mardi 24 février 09

Après une nuit trop courte, lever à 8h00 pour le petit déjeuner à l’hôtel OSCHUN près du centre ville de San José.

L’hôtel est charmant, LOLA, un perroquet de 36 ans nous accueille à force de cris et d’onomatopées, il ne faut pas la toucher il parait qu’elle mord….

Le petit déjeuner est typique. Il est constitué d’une assiette de fruits frais : ananas, mangue, melon, pastèque, papaye et banane. Ensuite vient un GALLO PINTO, c'est-à-dire un œuf au plat avec du riz.

Après ce solide petit déjeuner, en route vers le centre ville de San José, je prends donc un bus local. Le bus en question est plutôt rustique et le chauffeur conduit d’une façon complètement prohibitive s’il avait été en  France ! Des dépassements quelques peu dangereux, des accélérations à ne pas ménager les passagers….avec énormément de circulation où le dépassement par la droite est d’usage……

Bus_San_JoseAprès 15mn a essayer de ne pas tomber dans le bus, arrêt pas loin du MERCADO CENTRAL (marché central) où se mêlent denrées alimentaires, les étals de fleurs, les fruits frais et les souvenirs pour touristes.

San José est une ville animée, bruyante et polluée ! La mode y est très déconcertante pour nous français. Les couleurs sont très vives, rouge, jaune, vert, bleu électrique…et les jupes des femmes sont portées très courtes et les décolletés très…décolletés !  Juchées sur leurs hauts talons, parfois en micro short….

La monnaie est le COLON, 500 colons corresponds environ à 1 dollars et le salaire moyen est de 300 euros/mois. Ce qui est très peu en rapport avec le coût de la vie qui est assez cher à San José.

Ville nouvelle, San José fondée en 1737, ne comporte que très peu de building, les rues sont tracées à angle droit comme à l’américaine et dès qu’on s’éloigne du centre, les maisons ressemblent plus à des cabanes de jardins qu’à une maison d’habitation.

Autre curiosité : toute les maisons sont « emprisonnées » elles sont entourées d’une grille qui les protègent des cambriolages…

Bref, c’est sans regret que je quitte San José, où je peux voir des situations complètement irréelles pour nous français :

Des véhicules qui s’arrêtent sur la voie rapide juste pour aller boire un verre, les bus qui font de même pour prendre des passagers, des vélos qui y circulent…

Ouf, vive la campagne ! 3h de route et nous y sommes : Direction EL CASTILLO !