taonoui, ils sont là...LES TAONS, ennemis jurés des chevaux et des cavaliers !

Encore c'est après-midi, le pauvre Gringo a servi de nourriture à ces vilaines bêtes, Gringo n'était pas trop d'accord mais en bon cheval dressé, il a courbé l'échine et a vaillaiment offert son sang à bestioles !

Pas moins d'une centaine de diptères lui tournaient autour, me piquant soit dit en passant...Retour vite du côté de la ville où un répit nous permis de nous calmer...

Nous croisons un cavalier (à pied) qui avait grand peine à calmer son cheval tant il était harcelé aussi.

L'Emouchine Forte (bof !) ne servait pas à grand chose et c'est sous une bonne douche fraiche que notre Gringo put reprendre ses esprits.

IMG_5163

Pour la minute culturelle, voici quelques infos sur nos ennemis : Les taons font partie de l’ordre des Diptères et de la famille des Tabanidés.

Ce sont de grosses mouches trapues et glabres aux couleurs souvent vives.
Ce qui est le plus caractéristique chez le taon, c’est sa tête plate et arrondie avec d’immenses yeux saillants très colorés.

Selon les espèces, la couleur des taons varie du noir, au brun ou au gris. Le large abdomen présente souvent des bandes vives et des dessins.

Les pièces buccales des femelles sont conçues pour découper le cuir. Les mâles en sont dépourvus et se contentent de butiner les fleurs.
Seule la femelle est hématophage c’est-à-dire qu’elle se nourrit de sang. Le mâle est nectarivore.

La distribution des taons est cosmopolite mais ils sont toujours présents à proximité des troupeaux de bovins ou de chevaux. Les taons sont actifs le jour.

Ils peuvent également importuner les hommes sans toutefois les attaquer véritablement. Les femelles recherchent toujours les endroits les plus vulnérables pour piquer violemment et découper le cuir de l’animal jusqu’à ce qu’une goutte de sang perle de la blessure.

Elles se régalent ainsi pendant de longs moments car leur salive contient une substance qui empêche le sang de se coaguler. Une fois rassasiée, la femelle s’envole.

Vous me direz, ça nous fait une belle jambe ! MAIS COMMENT LES COMBATTRE ? Prendre son mal en patience, sortir le matin de très bonne heure ou tard le soir, éviter les bois et les herbes hautes...et attendre qu'ils meurent naturellement...et qu'il fasse moins chaud !