de_CorbignyRencontre avec Elisabeth de Corbigny

Comment mieux communiquer avec son cheval ? comment se faire obéir, comment rendre une séance agréable pour le cheval comme pour le cavalier ?

Tous cela, Elisabeth de Corbigny a essayé de nous l'expliquer à travers une séance avec un petit selle français de 6 ans qui pourrait ressembler à notre cheval. Un cheval sans vice particulier mais présentant des attitudes vues et revues en club ou chez des particuliers...Une tête trop haute, des contractions de la bouche, du dos, des jarrets à la traine, une allure saccadée...malgré un cavalier tout de bonne volonté et qui adore son cheval mais n'arrive pas à lui enseigner ce qu'il voudrait.

Selon Mme de Corbigny, soyons un bon professeur pour notre cheval et quand un cheval a envie d'apprendre, il le fait avec une rapidité déconcertante car il a une capacité d'adaptation extraordinaire du fait qu'il soit à la base une proie et originellement, il doit s'adapter à son environnement, c'est une question de survie !

CessionRevenons à notre petit SF. Avant de monter sur son dos, il faut lui apprendre ce que l'on veut au sol. Elisabeth nous fait donc une démonstration en agissant juste sur une rêne, en le faisant céder en douceur et dès qu'il a cédé, on relâche la pression. Le jeune cheval réagit très bien et vite a pigé le truc. Il voit en Elisabeth de Corbigny un leader qui lui demande des choses. Un leader dans un troupeau, c'est celui qui fait bouger l'autre. Lorsque votre cheval vous bouscule, même un peu, c'est lui le leader...et oui !

Inversons donc les choses ! Notre SF commence à se décontracter  et donc à baisser la tête, a céder de la nuque, à passer son postérieur intérieur sous lui, a contrôler ses hanches puis des épaules, fabuleux...

Phase montée :

On recommence donc en selle les exercices, juste avec une rêne. Pour l'instant pas de tracé précis dans le manège, on lui demande juste de bouger ses pieds. Le changement s'opère petit à petit, le cheval devient plus rond, il pousse avec ses postérieurs, mâchonne son mors, soupire, bref se relâche...

Pour avoir le contrôle de son cheval, passer par une rêne...et bien évidemment comme le dit Elisabeth de Corbigny, ne pas aller en extérieur tout de go sans préparation, c'est aller à l'échec ou pire à l'accident !

Donc passer à une rêne, puis l'autre puis de l'une à l'autre et lorsque le cheval ne se défends plus monter normalement à 2 rênes...mais pas avant et pour le cas de notre petit SF, il n'est pas encore prêt à 2 rênes et preuve à l'appui, dès qu'on ajuste un peu les 2 rênes, il lève de nouveau la tête et se contracte.

Comme le Elisabeth sur le ton de la boutade, 1 + 1 = 2 ! et il a fallut qu'elle fasse le tour du monde pour que quelqu'un lui apprenne (Johns Lyons) et donc apprendre à son cheval aussi que 1 + 1 = 2. Faire en sorte d'être un professeur pour lui et si nous le sommes, le cheval sera un bon élève et votre cheval sera le meilleur du monde ! Si, si, c'est elle qui le dit !